Héritiers 
Kallawaya

Forêt en résistance

46mn, 2022

La forêt de Rohanne était destinée à disparaître sous le bitume de l'aéroport de Notre Dame Des Landes.  Quatre ans après l’abandon du projet d’aéroport, qu'est-ce qui compose aujourd’hui cette forêt ? Parmi les cabanes calcinées et abandonnées, les restes de grenades de dispersions et les troncs ferrés comme barricades, semble résonner encore de la clameur des affrontements. Depuis quelques années, le collectif Abracadabois a développé une filière intégrée de la ressource bois, de l’arbre à la charpente, pour répondre aux besoins coutumiers de la ZAD. L’entrelacement des présences, des divers usages et des récits raconte la densité des liens noués avec la forêt et l’envie de réapprendre à habiter autrement un territoire.

Bonus vidéos

 

Extrait du film

La passion et les histoires de Pierrot, maître forgeron, entre autres...

 

Entretien "sans filtre et sans coupe (rase)" avec un membre du collectif Abrakadabois : lutte anticapitaliste, syviculture douce et écologie paysanne. 

0:00 Son engagement à la ZAD et son approche de la forêt de Rohanne depuis son parcours personnel

5:19 Comment lire l'histoire de cette forêt à travers sa physionomie actuelle ?

10:25 En quoi le marquage des arbres est-il un moment clef de la sylviculture douce ?

14:30 Zone sanctuaire et de libre-évolution dans la forêt de Rohanne.

16:15 De l’importance du bois mort en forêt.

20:10 Quel est le geste politique derrière la gestion de ressource bois par Abrakadabra ?

23:00 Où va le bois coupé ? Qu’est-ce qu’il y a derrière les « usages coutumiers » ?

24:40 Ce qui s’est inventé dans le cadre de négociation entre Abrakadabois, l’ONF et le département.

34:10 Intégrer les pratiques du commun au droit, la nouvelle phase de lutte à la ZAD ? Ce que la ZAD peut nous apprendre des portes de sortie possibles de la déprédation du système capitaliste.

40:06 : Contextualisation de l’état des forêts en France et les enjeux sylvicoles.

46:08 De l’affect forestier

48:38 Echange plus informel dans la parcelle de libre évolution de la ZAD en passant par le bois mort et la langue du pic.